top of page
  • yoann240

Pourquoi vous devez arrêter de rédiger un cahier des charges web pour vos projets !

Dans de nombreuses entreprises, tout projet web démarre forcément par … l’élaboration du sacro-saint Cahier des charges web ! Dans ce terme fourre-tout, on trouvera des spécifications fonctionnelles, techniques, des besoins identifiés, … L’intérêt pour le donneur d’ordre est de « cadrer » son projet (on y reviendra ! ), de chiffrer son projet, d’aligner son équipe sur les attendus, de trouver un prestataire et de contractualiser avec lui… Mais le cahier des charges présente de nombreuses lacunes et est aujourd’hui un peu dépassé par une approche agile. Voici pourquoi vous devez arrêter les cahiers des charges !

Les limites du cahier des charges web pour votre projet digital

Bien souvent (voire quasiment tout le temps), le chef de projet ou le responsable marketing rédige son cahier des charges seul, imagine sa solution, son workflow etc… et le fait valider à sa hiérarchie avant publication. C’est un travail excessivement fastidieux, qui va engendrer de nombreux allers-retours avec vos collègues. Pour au final donner un document pénible à lire, (presque) gravé dans le marbre (imaginez que votre prestataire vous propose une super idée ?), et surtout… Les cahiers des charges sont quasiment tous rédigés en ne tenant pas compte des utilisateurs finaux de la solution à créer. Et c’est bien normal car ils sont rédigés un peu hors-sol, en interne, sans phase de recherche utilisateur.

D’autre part, un cahier des charges très exhaustif nécessitera que vous fassiez appel à un prestataire « exécutant » et non conseil. Vous allez donc dans ce contexte produire / concevoir votre site ou application, le mettre en ligne et ensuite tenter d’en obtenir les meilleurs résultats. C’est le cheminement classique d’un projet web dans pas mal d’entreprises. Cela a pour effet d’augmenter sensiblement le risque d’échouer avec un projet réalisé selon le cahier des charges.

Comment éviter de passer par un cahier des charges grâce à la méthodologie UX Design ?

Dans le cadre des missions de conseil UX que nous menons avec nos clients, nous contournons l’étape du cahier des charges et alignons l’équipe projet grâce à des ateliers de co-création enrichis par une phase de recherche utilisateur.

Une phase de recherche UX qui vient nourrir votre réflexion

En amont de votre projet, nous allons interroger vos clients, utilisateurs, analyser les statistiques de fréquentation de votre site, comprendre les attentes et les points de friction, les frustrations de vos clients.

Cette étape est fondamentale car elle permet d’identifier vos personas, qui sont vos clients types, et de comprendre leurs parcours utilisateur. Vous allez pouvoir comprendre, avant de vous lancer dans votre projet, tous les points de friction entre vos clients et votre entreprise. Cette étape est riche d’enseignement et elle vient ensuite nourrir la réflexion quant à votre projet.

Imaginer les fonctionnalités et contenus pour vos clients

La seconde phase de notre accompagnement est une phase d’idéation, de divergence. Au lieu de rédiger votre cahier des charges pendant des jours, nous réalisons une série d’ateliers de co-conception permettant d’imaginer des solutions aux problèmes que rencontrent vos utilisateurs. Cela va passer par des contenus, des fonctionnalités, des outils que l’on va pouvoir placer dans le parcours utilisateur pour chaque persona, afin de répondre à ses attentes. Dans cette phase, nous imaginons un maximum de solutions, puis nous les priorisons. Cela donne une liste de contenus à produire et de fonctionnalités à développer pour répondre aux besoins de vos clients. Elles sont priorisées selon leur impact sur votre business et pour vos utilisateurs, ainsi que leur difficulté de mise en oeuvre.

Ainsi, petit à petit, en seulement quelques jours, vous constituez votre roadmap, avec des contenus et des fonctionnalités prioritaires, et d’autres secondaires qui pourront être mis en oeuvre dans un second temps.

Découpez votre projet pour aller plus vite

La principale difficulté des projets web n’est pas d’aller loin dans vos projets, mais d’aller vite. Cette méthode permet d’identifier en quelques jours les fonctionnalités et contenus clés, de les prototyper et ainsi d’imaginer une V1 de votre produit : Un MVP (Minimum Viable Product), à savoir la version minimum que vous devez sortir pour commencer à réduire les frustrations de vos clients et tester votre concept.

Vous optimisez ainsi votre budget car vous ne développez pas tout votre projet comme vous l’auriez fait avec un cahier des charges, vous sortez une première version rapidement, puis anticipez les évolutions suivantes de votre site ou application que vous pourrez alors réaliser avec du recul et des données !

Vous gagnez donc du temps, de l’argent, du recul et vous minimisez ainsi le risque de voir un projet se planter ! Et s’il devait se planter quand même, mieux vaut qu’il se plante le plus vite possible et à moindre frais !

C’est d’ailleurs le fondement de la méthode du design sprint : innover en quelques jours, réduire le risque, aller vite. Oubliez donc vos cahiers des charges, passez au design UX !

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page